Ouverture de la Maison Rapin, Paris

Le quai de Conti à Paris compte une nouvelle Galerie, la Maison Rapin. Une galerie atypique, au charme décalé, mais avec des codes actuels et remplie de trésors qui mêlent différents styles. A découvrir absolument.


Au 7 quai de Conti, dans un immeuble historique des années 30, la sélection éclectique de Maison Rapin. Table et chaises de Giuseppe Rivadosi, fauteuils turquoise Gio Ponti circa 1950,
au fond Miroir Foddis & Baisi au-dessus d’une enfilade en turquoise de Kam Tin, grand lustre en fer battu italien 1910.
Sur la droite, console et tables de Bankowsky. Tabourets Octopus de Kam Tin.

Située dans le VIe arrondissement de la capitale, face à la Seine, la Maison Rapin vient d’ouvrir ses portes pour le plus grand bonheur des amateurs d’art et de styles divers : style moderne baroque, créations historiques du XXème siècle et œuvres contemporaines exclusives. Ici les époques se télescopent créant un univers original. Le travail des artistes majeurs du XXème siècle comme Robert Goossens, l’orfèvre Jean Després y côtoient les ‘’meubles bijoux’’ contemporains de KAM TIN, les éditions de Maison Rapin et les collaborations exclusives avec des designers et artisans d’art (le designer Marc Bankowsky, l’orfèvre Jean Boggio, le plumassier Serkan Cura ou le céramiste américain Ryan Labar pour ne citer qu’eux). Autant de merveilles qui jouent avec les peintures-sculptures de l’anglais Marc Cavell, artiste majeur de l’Op Art.

Qu’il s’agisse d’antiquité ou de design, l’Italie est à l’honneur chez Maison Rapin, des années 1910 avec le “ferro battuto” du style Liberty (passion de Philippe Rapin), aux années 50 avec Gio Ponti, Pietro Chiesa, Fontana Arte, Max Ingrand… Sans oublier les créations contemporaines des verriers milanais et vénitiens qui soufflent et taillent des pièces hors normes comme le lustre Bubble de Simone Cenedese ou le miroir concave de 2 m de diamètre de Foddis & Baisi, véritable prouesse technique.

Philippe Rapin, un artiste intuitif
C’est en 1978 que Philippe Rapin, alors spécialiste de la céramique, crée sa première galerie. Très vite il s’installe au Louvre des Antiquaires à Paris, puis rue du Bac et enfin, quai Voltaire. Au début des années 2000, il part pour Bruxelles (où il se consacre au design Italien dans un espace unique avenue Louise), puis pour Londres en 2008 où il ouvre une Galerie à Pimlico Road, le “quartier des décorateurs” et fait plusieurs voyages en Asie. C’est là qu’il imagine KAM TIN, la marque originale des meubles bijoux en pierre rare. En 2012, Philippe Rapin retrouve sa galerie historique du quai Voltaire et commence à poser les lignes de ses développements futurs, avec la mise en lumière de l’œuvre, en matière d’arts décoratifs, de Robert Goossens dont il est l’ami et l’expert. Philippe Rapin ouvre une galerie à Hong Kong, participe à de grandes foires internationales et conçoit le mobilier de KAM TIN. Cet éclectisme de goûts conduit Philippe Rapin à créer sa Maison en 2013 afin de regrouper toutes les activités (antiquités, éditions et créations).

Aujourd’hui la galerie poursuit son développement avec, aux commandes, deux jeunes associés, Alice Kargar et Virgile Dumont. Deux trentenaires aux expériences complémentaires (marché de l’art, droit, gemmologie, commerce, photographie) qui contribuent au rayonnement de la galerie en France et à l’international.

Maison Rapin : 7 Quai de Conti 75006 Paris

Crédits photos ©Maison Rapin, Nicolas Matheus, Virgile Dumont

www.maison-rapin.com

Articles recommandés